L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales vient de rendre son rapport sur une étude concernant les escroqueries à la carte bancaire. Elle révèle qu’en 2016, près de 1,2 millions de personnes se sont déclarées victimes de ce type d’escroquerie. Par rapport à 2010, ce chiffre a donc doublé, montrant que ce fléau est en train de se multiplier dangereusement.

Des montants faibles mais plus réguliers

Le mode de fonctionnement des pirates qui utilisent les données bancaires pour réaliser des transactions est de se concentrer sur des transactions inférieures à 300 euros. De cette façon, les victimes mettent plus de temps à découvrir l’escroquerie et donc de faire le nécessaire pour bloquer leurs moyens de paiement.

La découverte de l’escroquerie se fait bien souvent lors de la consultation du relevé de banque. Des opérations qui n’auraient pas été réalisées par le propriétaire du compte lui-même apparaissent. Pourtant, 72% des victimes ne savent pas du tout quel moyen opératoire a pu être utilisé puisqu’elles n’ont pas transmis leurs données bancaires. Sans un accès direct à ces informations, il semblerait bien que les responsables redoublent d’ingéniosité.

La carte bancaire principalement touchée

fraude à la carte bancaire

Cette étude révèle que les escroqueries se font à hauteur de 68% au travers de débits frauduleux. La carte bancaire apparaît donc comme un moyen de paiement particulièrement convoité pour pouvoir dérober des certaines sommes d’argent aux particuliers. Les données sont récupérées lors de l’utilisation de sa carte bancaire sur un site peu sécurisé.

Les achats en ligne apparaissent à hauteur de 58% dans cette multiplication des escroqueries. Cette proportion n’était que de 51% en 2014, ce qui prouve une évolution de ce type de délinquance. Seuls 10% de ces paiements se font dans un magasin physique.

Un coût annuel qui explose

Pour 2016, l’ensemble de ces escroqueries sur les moyens de paiement a coûté 800 millions d’euros. Concernant 4,8 millions de transactions par carte, par chèque ou des virements et prélèvements, le problème prend de l’ampleur malgré les mesures prises par les organismes bancaires pour protéger leurs clients.

Une baisse au niveau des fraudes à la carte en 2015 encourage toutefois à chercher des parades efficaces pour lutter contre ces escroqueries. Le contrôle de sa carte en la bloquant entre deux achats pourrait faire baisser ce triste record dans les années à venir.