Le cerveau est un organe primordial du corps humain. Il assure le traitement d’informations et le contrôle de chaque cellule. Le cerveau est bien plus complexe qu’il ne parait, et son fonctionnement dépasse encore la compréhension humaine. Par exemple, il effectue un traitement et un tri de nos souvenirs pendant que nous dormons.

Le cerveau est également capable de créer des structures jusqu’à 11 dimensions. Ce ne sont que des infimes exemples parmi les nombreuses facultés du cerveau qui restent insoupçonnées.

Le cerveau supprime les souvenirs inutiles

Le cerveau supprime les souvenirs inutiles

Pendant que le corps tombe dans un sommeil profond, le cerveau, lui, travaille sans relâche afin de traiter, trier et classer les souvenirs.

La suppression des souvenirs jugés inutiles contribue au bon fonctionnement de la mémoire. Pour vérifier cette théorie, deux chercheurs japonais ont étudié le rôle des neurones MCH ou hormones de mélano-concentration chez des souris endormies.

Pour examiner l’action des neurones MCH dans la régulation de la mémoire, des techniques chimiogéniques et optogéniques ont été utilisées sur les rongeurs. Les résultats ont dévoilé que l‘inhibition des neurones augmentait la mémoire des souris, alors que les neurones MCH réorganisaient la mémoire.

Ainsi, les neurones sont des acteurs majeurs dans le processus d’oubli actif. Pendant le sommeil, le cerveau traite les informations reçues pendant la journée, et les classe dans des « boîtes » du cerveau pour les consolider en souvenirs. Si certaines situations de la journée ne valent pas la peine d’être souvenues, elles sont effacées de la mémoire. Sans ce procédé, notre cerveau accumulerait un surplus d’information qui serait ingérable.

Il est à noter que ce processus de normalisation synaptique ne s’effectue que durant le sommeil.

Le cerveau crée des structures à 11 dimensions

Le cerveau crée des structures à 11 dimensions

Des chercheurs en neurosciences se sont servis de la topologie algébrique afin d’observer la structure du cerveau.

Grâce à cela, ils ont découvert que le cerveau humain fourmille de structures géométriques complexes qui peuvent atteindre jusqu’à 11 dimensions. Durant cette expérience, les neuroscientifiques ont découvert que « des groupes de neurones se connectaient sous forme de « cliques », et que leur nombre définissait la taille de ladite clique en tant qu’objet géométrique de haute dimension ».

Les neuroscientifiques ne s’attendaient pas à tomber sur une telle découverte. Selon les résultats, « il existe des dizaines de millions de ces objets à l’intérieur de notre cerveau, possédant jusqu’à sept dimensions.

Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures comportant jusqu’à 11 dimensions ». Rappelons qu’il ne s’agit pas de dimensions spatiales, car notre univers n’en possède que 3, auxquelles s’ajoute une dimension temporelle. En effet, il s’agit plutôt de l’angle mathématique à partir duquel les chercheurs ont pu observer les cliques neuronales.